> Le stage de 3ème, kezako ?

Le stage de 3ème, kezako ?

Pour qui ?

Aussi redoutée qu’attendue, la « séquence d’observation en milieu professionnel » est un passage obligé pour tous les élèves de troisième. Cette première immersion dans le monde du travail peut être réalisée dans n’importe quelle organisation, à proximité ou non du domicile de l’élève : une entreprise, une association, une collectivité territoriale, un commerce, une administration, etc. Le stage est toujours organisé sur le temps scolaire, et donc en aucun cas pendant les vacances. Selon les collèges, le stage de troisième peut durer entre 2 et 5 jours, consécutifs ou non. Néanmoins, le stage d’une semaine, du lundi au vendredi, reste le format le plus courant.

A noter que la durée de présence hebdomadaire des élèves en milieu professionnel ne peut pas excéder 30 heures pour les jeunes de moins de 15 ans et 35 heures s’ils ont plus de 15 ans. Par ailleurs, le stagiaire ne peut prétendre à aucune rémunération de la part de l’entreprise : il s’agit d’une expérience d’observation et non d’initiation.

Légalement, un élève de 14 ans -ou plus- peut effectuer son stage dans la structure professionnelle de son choix. En revanche, un collégien de moins de 14 ans au premier jour du stage ne pourra pas réaliser sa séquence d’observation dans une entreprise privée, sauf si elle emploie uniquement son père, sa mère et/ou son représentant légal – un commerce familial, par exemple. Il pourra cependant être accueilli sans restriction dans les organisations publiques, comme les administrations, mairies, écoles, musées municipaux, etc.  A noter que les sections SEGPA proposent un stage d’initiation dès la classe de quatrième, suivi d’un stage d’application en troisième.

Comment ?

Bien que la loi encadre cet exercice de manière stricte en respect du code du travail, chaque collège conserve une certaine marge de manœuvre pour définir les règles, le calendrier et les modalités du stage de troisième dans son établissement.  On constate toutefois que cette séquence d’observation a généralement lieu entre décembre et février. « Dans notre collège, le stage a lieu traditionnellement au mois de janvier. Nous souhaitons laisser un peu temps aux élèves pour leurs démarches de recherche tout en évitant de trop se rapprocher de l’échéance des examens et des brevets blancs » explique Catherine Masson, Principale-adjointe du collège Paul Duez de Cambrai.

Charge à l’élève de procéder lui-même à la recherche de son stage : une mission laborieuse et parfois stressante pour laquelle l’aide de l’entourage est souvent utile. Le futur stagiaire peut également bénéficier d’un accompagnement de l’équipe pédagogique de son collège. Une convention de stage doit obligatoirement être signée entre l’établissement scolaire, l’élève, les représentants légaux et l’organisme d’accueil. Elle précise notamment les modalités de suivi et d’encadrement de l’élève pendant son stage. Dans certains collèges, la rédaction d’un journal de bord puis d’un rapport de stage est demandée aux stagiaires. Objectif : exploiter au mieux les bénéfices de cette première expérience professionnelle.

Pourquoi ?

Affiner son orientation, valider un projet professionnel, se forger une culture, travailler son savoir-être, mettre concrètement en application les apprentissages reçus au collège…et parfois créer des vocations !

Officiellement, le stage de troisième a pour objectif de « sensibiliser les élèves à l’environnement technologique, économique et professionnel en liaison avec les programmes d’enseignement ». « Il a peu d’intérêt si on ne le considère que comme une expérience isolée de quelques jours. Il est en revanche très intéressant quand il s’inscrit dans un travail d’orientation plus large, initié dès la sixième dans le cadre du Parcours Avenir par exemple. C’est aussi un formidable outil pédagogique qui permet aux élèves de découvrir l’organisation d’une entreprise et les exigences du monde du travail » observe Laurence Perrault-Lefebvre, Directrice du CIO de Lille-centre.

Pour certains, cette séquence d’observation sera l’occasion de se confronter à la réalité de son projet professionnel, pour d’autres, ce stage permettra de développer des ambitions dans des secteurs a priori peu familiers. Dans tous les cas, si elle est bien préparée, bien encadrée et bien suivie, cette séquence d’observation constitue toujours une expérience riche d’enseignements, dans une année particulièrement clé en termes de choix pour l’avenir.

Poursuivre la conversation
Partagez ce site sur Facebook Partagez ce site sur Twitter Imprimez ce site